L'itinérance en canoë

Réactualisation du schéma directeur...

Le Canoë-kayak est une discipline au croisement du sport, du loisir et du tourisme. Dans le cadre de notre délégation de service public, nous avons défini les besoins des activités que nous développons. En tant que fédérateur d’acteurs économiques et représentant d’un usage, nous proposons la réactualisation de notre schéma directeur des équipements en schéma directeur de l’itinérance en Canoë.

Les pratiques compétitives

1/ Course en ligne
  • Discipline olympique
  • Définition : course en ligne en confrontation directe,
  • Lieu de pratique : plan d’eau
  • Les grands évènements en région Centre :
    • à Orléans : Championnats de France en 1992
    • à Bourges : championnat de France des clubs en 2002 et de fond en 2004
    • à Tours : championnats de France en 1983, 1988, 1995, 1997, 2001
2/ Slalom
  • Discipline olympique
  • Définition : course contre la montre en eaux vives avec parcours imposés entre des fiches
  • Lieu de pratique : cours d’eau, bassin d’eaux vives, pied de barrage
  • Les grands évènements :
    • St-Aignan : nationale 1 en 1990, nationale de 2 de 1991 à 1999
    • Veigné : nationale 3 en 2001, 2002, 2003, 2004 et 2006
    • Tournon-St-Martin : nationale 2 de 2003 à 2007
3/ Descente
  • Discipline reconnue de haut niveau par le Ministère en charge des sports
  • Définition : course contre la montre en eaux vives
  • Lieu de pratique : cours d’eau, bassin d’eaux vives, cours d’eaux vifs
  • Les grands évènements :
    • sélectif national à Tournon Saint Martin et à Argenton tous les deux
ans depuis 2000
4/ Marathon
  • Discipline reconnue de haut niveau par le Ministère en charge des sports
  • Définition : course en confrontation directe sur un parcours de plusieurs dizaines de
kilomètres
  • Lieu de pratique : cours d’eau, plan d’eau
  • Les grands évènements :
    • vallée de la Creuse au Blanc : marathon international de 1993 à 1999 et 2002
    • à Orléans : Championnats de France en 2004.
5/ Polo
  • Discipline reconnue de haut niveau par le Ministère en charge des sports
  • Définition : jeu de ballon en équipe
  • Lieu de pratique : piscine, plan d’eau
  • Les grands événements :
    • Bonneval : championnat de France à Bonneval en 1990,
    • Orléans : championnats de France des – 21 ans en 2005
6/ Freestyle
  • Compétition : existence d’un championnat du Monde
  • Définition : production de figures acrobatiques en kayak dans une veine d’eaux vives
  • Lieu de pratique : bassin d’eaux vives, veine d’eaux vives en pied de barrage ou sous
un pont
  • Grand évènement :
    • Free Kayak Tours à Tournon-Saint-Martin

Les pratiques de loisirs

Le nautisme en région Centre représentait en 1996 une population de 120 000 pratiquants représentant 1,5 million de journées par an.
On peut distinuer, en dehors des activités scolaire et sportives :
1/ La randonnée au fil de l’eau
  • Définition : c’est une forme de randonnée de loisirs, au fil de l’eau, d’une demi journée à deux jours.
  • Lieu de pratique : de nombreux cours d’eau se prêtent à cette pratique (voir la carte)
  • public : Le public L’attente du public est un exercice physique modéré et la découverte des paysages de la région sous un angle original. On évalue ce public à environ 80000 pratiquants.

 

2/ La randonnée de découverte de l’environnement
  • Définition : randonnée ayant pour unique finalité la découverte de l’environnement
  • Lieu de pratique : plusieurs cours d’eau se prêtent à cette pratique mais on pourrait citer l’Allier, la Conie et surtout la Loire.
  • Public : ce créneau est en plein développement, il est occupé actuellement par un public français très spécifique et par des populations de l’Europe du nord.
3/ Le trek kayak ou rando camping
  • Définition : randonnée au fil de l’eau de plusieurs jours
  • Lieu de pratique : l’axe Creuse – Anglin – Vienne, l’axe Allier – Loire, le Loir, le Cher
  • Public : ce public est non captif et non mesuable mais bien réél puisque ‘observé l’été par les acteurs de terrain.
pratique de loisirs
En jaune, le réseau hydrographique navigué, la distinction n’a pas été faite entre :
  • les cours d’eau assidument fréquentés
  • les cours d’eau fréquentés à des débits supérieurs à l’étiage
  • les cours d’eau fréquentés ponctuellement par les usagers locaux
En vert, les grands axes touristiques de la région, se prêtant à une navigation sur plusieurs jour.

Les bases nautiques

  • Définition :
Structure d’accueil recevant du public. Il abrite le matériel du club (bateaux, remorques, véhicules), les équipements (pagaies, gilets de sauvetage). Il permet de se changer (vestiaires, douche, WC) et d’accueillir des adhérents et du public touristique.
  • Constat :
L’état des lieux est très disparate en région Centre : de la cabane en tôle à la base nautique avec bureau et club house :
«Certains aménagements de base de plein air des années 1960 et 1970 sont devenus obsolètes et ne correspondent plus aux standards de confort et de sécurité ni aux critères de développement de nouvelles pratiques.
Les bâtiments sont parfois précaires, non intégrés à l’environnement, inconfortables, mal entretenus. Les hébergements de proximités sont insuffisants, inadaptés. Enfin l’environnement immédiat est rarement mis en valeur.»
Accueillir sans confort, le strict minimum étant des vestiares et sanitaires non mixtes, des sportifs est indécent, des touristes est inconcevable, des scolaires est illégal. Un investissement est absolument nécessaire pour situer les clubs comme acteurs sociaux et économiques.
  • objectifs :
    • disposer d’un réseau de sites équipés structurants spécifiques à une activité
    • disposer de sites complémentaires comprenant des équipements pour plusieurs activités
    • disposer de sites bien répartis, dont la plupart existent mais nécessitent d’être améliorés
  • Projets de construction de bases nautiques :
bases nautique

Les bassins de marathon

  • Discipline

Le Marathon est une course en confrontation directe qui se court sur un parcours défini de longue distance. Le pagayeur doit utiliser ce parcours quelles que soient les conditions et être prêt, si nécessaire, à porter son bateau pour éviter un obstacle ou pour passer d’un plan d’eau à un autre.

  • Bassin

Le marathon se court sur plan d’eau ou rivière (classe I – II), sur des parcours de 20 à 50 km avec des portages (c’est-à-dire une sortie de l’eau avec le canoë, un ravitaillement éventuel et retour sur l’eau).

  • Politique Régionale
    • maintenir les bassins existants ;
    • continuer à participer à l’animation haut niveau nationale
  • Cartographie

La région Centre dispose de beaux bassins qui permettent l’organisation de manifestations régionales, nationales, voire internationales.

capture-decran-2016-11-17-a-21-19-55

Les bassins de descente

  • Discipline
Le jeu est simple : aller le plus vite possible d’un point à un autre de la rivière. Seul sur la rivière – c’est une course contre la montre – il s’agit de bien choisir sa trajectoire en fonction des courants et des obstacles naturels que forment les rochers. Il existe 2 types de courses : la descente «classique» d’une durée de 12 à 25 minutes, et la descente «sprint» d’une durée de 1 à 2 minutes. La Coupe du Monde (chaque année) comprend des 2 types de course alors que les Championnats du Monde (seulement les années paires) se disputent sur des courses traditionnelles.
  • Bassin
Définition : bassin en eau courante de 100 m (sprint) à 4 km environ
Cahier des charges
Bassin d’entraînement :
cours d’eau de classe I, longueur 2 km.
Course départementale (ou animation régionale) : cours d’eau de classe I, longueur 2 km avec des méandres, des accélérations, des courants…Point de départ et point d’arrivée publics, végétation riveraine entretenue.
Course régionale : cours d’eau de classe I avec des passages (2), longueur 3 km avec au moins une rupture de pente, des accélérations de courant ou des variations importantes de direction. Point de départ et point d’arrivée publics, possibilité de gestion de course sur place, végétation riveraine entretenue.
Course interrégionale : cours d’eau de classe II, avec plusieurs passages de classe (3), d’environ 3 km. Point de départ et point d’arrivée publics embarcadères et débarcadères aménagés, possibilité de gestion de course sur place, végétation riveraine entretenue.
Course nationale : cours d’eau de classe III, IV (II), longueur 3 km environ, au sprint longueur (300 m environ). Point de départ et point d’arrivée publics embarcadères et débarcadères aménagés, gestion de course sur place, végétation riveraine entretenue.
  • politique régionale
    • maintenir les parcours de descente et en découvrir d’autres
    • organiser des manifestations régionales dans chaque département
    • participer à l’animation nationale
    • entraîner sur un pôle espoir des descendeurs prometteurs
  • Les sites de pratiques existants
Le réseau hydrographique de la région Centre est relativement peu pentu. Pourtant, il existe quelques beaux parcours de descentes, étroitement dépendant de l’hydrologie.
capture-decran-2016-11-17-a-21-50-22

Les bassins de freestyle

  • Discipline
Le Freestyle est une discipline récente du Canoë Kayak Elle peut se pratiquer sur des «spots» (vagues ou rouleaux formés par le courant), on parle alors de «park’n’play», ou bien au gré d’une rivière en utilisant les mouvements d’eau et le relief pour effectuer des figures, on parle alors de «playboating» ou «freeride». Le Freestyle correspond aussi à l’esprit de toute une génération de pagayeurs prêts à courir la planète à la recherche de la rivière ou du spot idéal.
  • Bassin
Définition : le freestyle est une pratique d’eau vive. Le site de pratique est constitué d’un ressaut hydraulique comprenant une vague, déferlente ou non, accompagnée de zones de cisaillement.
Les paramètres déterminants sont :
  • la topographie des lieux : accessibilité depuis la berge, accessibilité de la vague, absence de danger à proximité
  • les conditions hydrauliques : la hauteur, la pente de la vague, l’esistence de zone de repos
  • les conditions hydrologiques : conditions hydrauliques rencontrées à des débits les plus fréquents possibles et les plus prévisibles possibles.
  • politique régionale
    • Sauvegarder les sites existants
    • Développer les sites de proximité pour les clubs pratiquants
    • Avoir un site de dimension nationale pour organiser des évènements
  • Cartographie
    La région Centre recèle de nombreux spot de freestyle. Cependant, ils fonctionnenent tous pendant la même période hydrologique ce qui fait de l’activité freestyle une pratique très saisonnière. Les projets du comité régional sont donc la création d’un spot de niveau national permettant de fonctionner avec un maîtrise du débit, l’aménagement de trois sites (un régional, deux locaux) et la sauvegarde des sites existants

capture-decran-2016-11-17-a-22-09-01

Les bassins de course en ligne

  •  Discipline
Cette course se déroule en eau plate, sur un bassin aménagé, lac ou retenue d’eau d’un fleuve. Au coup de feu du starter, les athlètes s’élancent par série à l’intérieur de 9 couloirs parallèles pour 200, 500, ou 1000 m. Après plusieurs séries de qualifications, ils arrivent en finale.
  • Bassin
    • Définition du Ministère en charge des sports :
Un stade de canoë kayak de vitesse : Espace de navigation spécifiquement adapté par ses caractéristiques naturelle ou le cas échéant ses aménagements à la pratique de la course en ligne. Les aménagements peuvent être en place à l’année ou sur une période de l’année.
Les aménagements sont des mires pour juger le départ et l’arrivée, des plots pour fixer des lignes d’eau, des lignes d’eau (bouées), un tour d’arrivée…
  • Cartographie
Le schéma nautique régional de 1999 avait identifié environ 70 plans d’eau se prêtant à la pratique des sports nautiques. Parmi ceux-ci, certains ont disparu (lac de Loire à Blois, plan d’eau de Preuilly en cours de comblement), d’autres sont utilisés par des disciplines à usage exclusif (motonautisme, ski nautique), enfin certains ne se prêtent pas à la course en ligne (plan d’eau de Loire) ou ne sont pas encore utilisé.
Pour la période 2008-2012, nous n’avons retenu que cinq sites à aménager.
aménagement CEL

Les bassins de slalom

  • Discipline
    C’est une course contre la montre où les concurrents doivent suivre un parcours comportant de 18 à 25 portes, de couleur rouge ou verte. On doit passer entre les portes sans les toucher, dans le sens de la descente pour les vertes, en remontée pour les rouges. Chaque touche donne une pénalité de 2 points, ajoutée au temps réalisé qui est converti en points (1 point = 1 seconde). Chaque course se court sur 2 manches qui s’additionnent.
  • Bassin
    définition :
    portion de cours d’eau ou de plan d’eau, équipée de portes de slalom, sur de l’eau plate ou de l’eau vive jusqu’à la classe IV (grosses vagues continuelles, rouleaux puissants et rapides, roche obstruant le courant, chutes élevées).
    Le stade d’eau vive * :
    C’est un bassin d’eau vive à vocation sportive, ludique et touristique. Ce type d’aménagement spécifique distinct de la base de plein air et recréant les conditions
    rencontrées en eaux vives est aujourd’hui absent en région Centre à proximité des principales agglomérations et du bassin de clientèle de l’ïle de France.
    Les objectifs sont :
  • de répondre à des besoins de loisirs social, à proximité des agglomérations d’enrichir l’offre de tourisme et de loisirs de sites multiactifs ;

    de participer à la constitution de sites majeurs en région facilitant de surcroît le cheminement des poissons migrateurs, en particulier sur la Loire.

    * définition du stade nautique, Plan régional de développement du tourisme, des loisirs et des sports liés à l’eau, Conseil régional du Centre, mars 2000)
  • La classification en eau vive comprend cinq classes.

    Cette classification est annexée à l’arrêté interministériel du 4 mai 1995.

    Les classes de rivières sont un système de mesure de la difficulté technique d’une rivière pour l’usage Canoë-Kayak. Cette difficulté est dépendante de l’hydraulique (pente, débit), de l’encombrement. Elle ne comprend pas les catégories de parcours suivants :

    les barages qui sont facilement franchissables ou très dangereux

    les canaux,petites rivières de plaine, les fleuves navigables à courant lent et rapide qui présentent des obstacles comme des barrages divers, des épis, des bouées, des ponts surbaissés, des enclos de paturâge, des vagues de vent ou bateaux, des tourbillons derrières les piles de ponts

  • les plans d’eau calmes
  • les bassins existants :
    La région Centre comprend de nombreux sites de pratique potentielle de l’eau vive. Outre l’étroitesse de la durée d’utilisation du fait de la dépendance extrême à l’hydrologie, ces sites sont rarement équipés pour la pratique du slalom et par conséquent, ne permettent que pour quelques uns d’entre eux l’entraînenemt au quotidien.

capture-decran-2016-11-17-a-21-37-40

  • Politique régionale d’aménagement slalom
un bassin d’entraînement pour chaque club animant une école de sport
un bassin de dimension minimale N2 par département
un bassin de dimension N1 pour la région Centre
un pôle course-en-ligne – slalom -descente dans la région
capture-decran-2016-11-17-a-21-40-30

 

Les bassins de kayak polo

  • Discipline
Au carrefour du basket, du water polo et du football américain, le kayak polo offre un cocktail assurément spectaculaire. Sur un bassin d’eau calme, deux équipes de 5 joueurs se disputent un ballon à la main où à l’aide de la pagaie. Le kayak polo comprend des compétitions régionales, nationales (championnats de France divisés en plusieurs divisions) et internationales (championnats d’Europe et du Monde).
  • Bassin
l’aire de jeu est constitué d’un bassin d’eau plate sans courant, rectangulaire de rapport longueur/largeur égal à 3 sur 2. La longueur doit être comprise entre 25 et 30 m. Pour les bassins internationaux, la longueur est entre 30 et 40 m.
  • Cahier des charges
L’eau doit, sur toute la surface du jeu, être calme et offrir une profondeur d’au moins 90 cm. Un dégagement d’un mètre, au moins, doit cerner le bassin sans compter les lignes d’eau. L’espace aérien doit être dégagé sur 3 m de haut, avec un plafond minimal à 5 m. tout autour. Les limites de bassin sont constituées de ligne d’eau. Un espace de débarquement est aménagé de chaque coté du bassin pour permettre la circulation des arbitres. Chaque but est constitué d’un rectangle de 1,5 X 1 m suspendu à 2 m au dessus de la surface.
  • Politique régionale
    • 1 bassin d’entraînement pour chaque club pratiquant
    • 3 sites permanents des compétitions régionales
    • 1 site potentiel de compétition nationale
  • Cartographie
Le kayak polo peut être pratiqué par chaque club de façon non formalisée. Seuls cinq associations s’en sont fait une spécialité ce qui nécessite un aménagement minimal.
Au delà de la pratique compétitive, la pratique du polo constitue un support d’animation et d’éducation. Un aménagement succinct de but est alors nécessaire.
capture-decran-2016-11-17-a-22-02-12

Les randonnées

  • Discipline
activité non compétitive de loisir, la randonnée touche des pratiquants licenciés et surtout une multitude de pratiquants occasionnels, s’adressant à des loueurs ou possédant leur propre
embarcation. Selon les motivations telles la détente, la découverte de paysage, de patrimoine, de l’environnement, selon la durée de pratique, de la demi-journée au raid rando-camping sur plusieurs semaines, les formes de pratique sont très nombreuses.
  • Parcours de randonnée
Définition : Ils concernent de nombreux cours d’eau, aussi bien domaniaux que non domaniaux de la région, pourvu qu’il y ait des points d’accès, un tirant d’eau suffisant et des obstacles en nombre modéré.
  • Cartographie
La randonnée nautique peut être pratiquée sur de nombreux cours d’eau (voir cartes XX et CC). Une fréquentation doit donc inciter les aménageurs à prendre en compte cet usage. Les grands axes de la région demeurrent prioritaires, certains parcours à forte fréquentations sont ultra prioritaires.
capture-decran-2016-11-17-a-22-12-42